La pose d’un escalier est un procédé simple à condition de disposer des compétences nécessaires et de respecter les règles de sécurité. Mais ce qui est sûr c’est qu’à chaque modèle d’escalier, le niveau de complexité de la réalisation est différent. Rappelons-le, il existe trois types d’escalier : droit, hélicoïdal et tournant. Dans cet article, découvrez justement les différentes façons d’installer un escalier en toute sécurité.

Les techniques de pose d’un escalier droit

L’escalier droit est la solution la plus choisie pour relier les deux étages d’un immeuble. Il est équipé d’une rampe et s’appuie généralement contre le mur. Relativement imposant, il a besoin d’un espace large vu qu’il prend beaucoup de place dans l’intérieur. Pour ce qui est de son mode d’installation, avant de vous lancer, vous devez calculer le nombre de marches qui conviendrait. Pour cela, divisez la hauteur totale de l’escalier par la hauteur des contremarches. Aussi, n’oubliez pas de tenir compte des dimensions exactes de l’escalier et de la configuration des lieux. Et au cas où la trémie ne serait pas encore conçue, il faudrait en percer une dans le plancher afin de s’en servir comme passage. Ensuite, mettez les limons en place et fixez les marches et les contremarches. En ce qui concerne la rampe, il va juste falloir positionner et cheviller la rampe au poteau de départ puis au poteau d’arrivée de l’escalier.

Monter un escalier tournant : les différentes étapes

L’escalier tournant est tout aussi facile à monter que l’escalier droit. La seule différence, c’est que celui-ci dispose d’un palier ou formé par des marches tournantes. En principe, le quart tournant doit être posé en premier. Et c’est après les ajustements effectués que vous pourrez le fixer définitivement. Puis, il ne vous reste plus qu’à assembler les éléments de l’escalier en suivant à la lettre les indications de la notice fournie par le fabricant. Comme finition, pensez à vernir voire à peindre l’ensemble de la construction pour mieux la protéger de l’usure.

L’escalier hélicoïdal : comment l’installer ?

Par définition, l’escalier hélicoïdal est un système autoporteur qui n’exige pas de s’appuyer sur un mur et prend la forme d’une hélice. Et étant donné son aspect tournant, il occupe très peu de place dans l’intérieur. Pour l’installer, assurez-vous tout d’abord que l’ouverture est relativement large pour accueillir un escalier hélicoïdal. Mais surtout, la dernière marche doit être installée de façon à ce qu’elle donne directement sur l’étage supérieur. Lorsque toutes les marches sont mises en place, fixez la main courante sur l’ensemble de la structure et la balustrade tout autour de l’ouverture supérieure.